Oriflamme – Test et avis par BDPhilou – Studio H

Oriflamme
Un jeu de Adrien et Axel Hesling
Illustré par Tomasz Jedruszek
Edité par Studio H
3 à 5 joueurs
10 ans et plus
20 minutes

Oriflamme - Studio H

Comment on joue à Oriflamme ?

Comme chaque année, le Festival International du jeu de Cannes a sélectionné plusieurs jeux pour concourir à l’obtention du fameux « As d’Or 2020 » ! Il s’agit du prix ludique Français le plus convoité. Quelle ne fut pas ma surprise lorsque je vis que le jury avait nominé Oriflamme… Un jeu dont je n’avais pas du tout entendu parler. Afin de palier au plus tôt à cette lacune de ma culture ludique, je me suis empressé de me rendre dans une boutique pour m’en procurer un exemplaire.

La Main (de cartes) du Roi

La petite boite d’Oriflamme renferme un tiroir dans lequel vous trouverez 5 paquets de 10 cartes ainsi que 5 aides de jeu. Elle contient également des jetons permettant de compter les points de victoire remportés en cours de partie. Le style graphique fait immédiatement penser aux jeux se déroulant dans l’univers de Game Of Throne. Ceci n’est pas étonnant car l’illustrateur est le même.

Il faut dire que thématiquement, les joueurs incarneront des familles cherchant à prendre la place du Roi défunt… Bref, tout cela sent bon la fourberie et les coups bas.

Oriflamme - Studio H

6 Cartes pour les gouverner tous !

A priori, en voyant le design « sérieux » de la boite d’Oriflamme, on est en droit de penser qu’il s’agit d’un jeu aux règles complexes. Il n’en est rien : le jeu est très accessible. En effet, en début de partie, chaque joueur s’empare des 10 cartes à sa couleur. Secrètement, chacun en écarte 3 définitivement. Après que le 1er joueur ait décidé de l’ordre de révélation (grâce à un jeton en forme d’Oriflamme), il pose une de ses cartes faces cachées.

Ensuite, le 2ème participant pose également l’une de ses cartes face cachée à droite ou à gauche de la carte déjà posée. Tous les joueurs continuent ainsi. Il n’est pas permis de poser sa carte entre 2 cartes déjà posées.

Ensuite, en respectant l’ordre imposé par l’Oriflamme, chaque joueur décide si l’on révèle ou non sa carte : s’il décide de ne pas retourner sa carte, on pose dessus un jeton 1 PV. S’il décide de la retourner, on applique immédiatement et obligatoirement le pouvoir de la carte révélée.

Les pouvoirs sont les suivants :

L’archer : élimine la 1ère ou la dernière carte de la file et gagne 1 PV.
Le soldat : élimine une carte adjacente et gagne 1 PV.
L’Héritier : gagne 2 PV s’il est le seul, face visible, dans la file.
L’Espion : vole 1 PV à un joueur dont l’une des cartes est adjacente à l’espion.
L’Assassin : élimine n’importe quelle carte de la file et gagne 1 PV. Ensuite, l’Assassin est défaussé.

Oriflamme - Studio H

Le Décret Royal : permet de déplacer n’importe quelle carte de la file. Ensuite, le Décret Royal est défaussé.
Le Seigneur : permet de gagner 1 PV et 1 PV de plus pour chaque carte de sa famille lui étant adjacente.
La Changeforme : permet de copier le pouvoir d’une carte adjacente (mais pas son nom). Important : La Changeforme se trouvant adjacente directement à 2 autres changeformes n’a aucun effet.
L’Embuscade : si cette carte est éliminée par un adversaire, elle rapporte 4 PV à son propriétaire et élimine l’attaquant. Si elle est révélée de façon classique, elle rapporte 1 PV. Ensuite, l’Embuscade est défaussée.
Le Complot : une fois révélée, le Complot rapporte le double des PV placés dessus puis on défausse cette carte.

Les cartes non éliminées ou défaussées restent à leur place sur la file. On continue ensuite lors des 5 manches suivantes avec ces ajouts : il est désormais possible de poser sa carte sur l’une de ses cartes déjà en jeu.

Ceci permet de se libérer de la contrainte de pose habituelle et -surtout- de protéger une carte déjà en jeu. De plus, si un joueur décide de révéler une carte posée lors d’un tour précédent, il récupère le ou les jetons PV placés dessus. La dernière carte en main n’est jamais jouée.

Le joueur ayant totalisé le plus de PV en fin de la 6ème manche remporte la partie.

Oriflamme - Studio H

L’avis de BDPhilou sur Oriflamme

Une vraie révélation ?

Les plus :

Une mise en place extrêmement rapide.
De belles illustrations.
Des règles simples et efficaces.
La grande satisfaction lorsque l’on prend un risque et que cela fonctionne.
Facilement transportable.
Un temps de partie permettant d’enchaîner facilement sur une revanche.

Oriflamme - Studio H

Les moins :
Certains trouveront le jeu trop chaotique (je peux le comprendre).
Si vous y jouez souvent, il est vivement conseiller de mettre des protèges cartes.
L’absence de sachets pour contenir les jetons et les cartes dans la boite.

Oriflamme m’a vraiment beaucoup plu. Le jeu a bien une part de chaos mais il met en avant un aspect que j’aime beaucoup mécaniquement et l’on voit finalement assez peu souvent : la prise de risque. Lorsque l’on pose une de ses cartes, on doit bien avoir à l’esprit que « ça passe ou ça casse »… mais il faut le tenter. Le dernier jeu de ce type m’ayant marqué est Libertalia : un jeu fantastique datant de 2012.

Oriflamme - Studio H

Oriflamme est clairement dans le même esprit mais en bien plus simple et dynamique que cet illustre aîné. Pour réaliser ce test, j’ai beaucoup joué à Oriflamme, toujours avec le même plaisir et avec des publics différents. A chaque fois le jeu à beaucoup plu. Cependant, les acharnés de la stratégie millimétrée pesteront facilement car le jeu n’est pas contrôlable à 100% du fait des cartes posées faces cachées. Selon moi, c’est une grande force car cela oblige les joueurs à tenter des coups inattendus.

Vous l’aurez compris, Oriflamme est la belle surprise de cette sélection pour l’As d’Or. Il s’agit réellement d’un jeu qui gagne en intérêt au fur et à mesure des parties. Un très bon jeu que je vous invite à découvrir de toute urgence !

Oriflamme vous fait envie ?

Retrouvez Studio H sur le net : Site InternetFacebookTwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *