[J2S] Penny Papers Adventures – Sit Down & Atalia

Oui, les Roll & Write j’en suis toujours aussi fan, j’y peux rien c’est comme ça 😉 Et l’un des derniers qui a rejoint notre ludothèque, c’est celui de chez Sit Down, distribué par Atalia : Penny Papers Adventures – The Temple of Apikhabou. Un jeu où les joueurs auront les mêmes ressources pour remplir leur temple !

Penny Papers The Temple of Apikhabou

Contenu du jeu :
100 feuilles – 3 dés

Un jeu Henri Kermarrec, illustré par Géraud Soulié
Illustré par Eric Azagury
Pour 1 à 100 joueurs (voir plus !)

A partir de 7 ans
15 minutes de jeu

Le but du jeu ? Faire un maximum de points avec les ressources du temple

Penny Papers The Temple of Apikhabou

Comment on joue à Penny Papers Adventures ?

Equipés d’un crayon, tous les joueurs vont partir à l’aventure en même temps dans ce temple d’Apikhabou. Chacun inscrit ses initiales, et les dés sont mis au centre de la table. La partie peut commencer.

Penny Papers The Temple of Apikhabou

L’un des joueurs va lancer les dés. Sur ces dés, peuvent apparaître des symboles ou des nombres. Lorsque ce sont des chiffres, les joueurs ont plusieurs possibilités : choisir un seul dé, en additionner deux ou trois pour arriver sur un nombre qui leur convient. Ce nombre, ils peuvent l’inscrire dans n’importe quelle case de leur temple, du moment qu’elle n’a pas de porte. Mais sur ces dés, il n’y a pas que des chiffres, il y a aussi 3 symboles spéciaux :

Penny Papers The Temple of Apikhabou

– le crochetage : Dès que ce symbole apparait, le nombre doit obligatoirement être inscrit dans une case porte sur le temple.
– Penny Papers : Les joueurs choisissent un nombre au choix entre 1 et 15 et l’inscrivent où ils veulent dans le temps (mais pas dans les cases portes, sauf si le crochetage est apparu au même lancer)
– Momie : Lorsqu’elle apparaît, les autres dés sont totalement ignorés. Chaque joueur met son temple au milieu, les autres en prennent un au hasard, et inscrivent dessus une momie dans la case de leur choix avant de la rendre au bon propriétaire. Ces momies bloquent une case, mais en plus elles font perdre 2 points à la fin de la partie. Il est possible de les battre, en inscrivant un 9 dans une case adjacente et ainsi gagner deux points à la fin de la partie.

Penny Papers The Temple of Apikhabou

Penny Papers The Temple of Apikhabou

La partie se termine lorsque toutes les cases (sans porte) sont remplies. Chacun compte ses points grâce aux emplacements prévus :
1 point par case qui compose la plus grande série de nombres adjacents (1, 2, 3, 4, 5 …)
3 points par groupe de 3 nombres identiques (attention, un seul groupe comptera par valeur)
2 points par momie vaincue / mais retrait de 2 points si elles n’ont pas été combattues.

Penny Papers The Temple of Apikhabou

Penny Papers The Temple of Apikhabou

Une fois tout  ça fait, le joueur qui a le plus de points l’emporte. Vous l’aurez compris, pour gagner, il va falloir être logique dans le placement des chiffres pour marquer un max de points.
Petite précision importante, les chiffres adjacents peuvent être de façon orthogonale ou en diagonale (donc les 8 cases autour).

Il est aussi possible de jouer en solo et de faire son propre record. Et lorsqu’une momie apparait, on la place nous même mais sur une case adjacente au précédent chiffre posé.

Penny Papers The Temple of Apikhabou

Notre avis sur Penny Papers Adventures : The Temple of Apikhabou

C’est un jeu de Roll & Write qui passe super bien. Avec Penny Papers, on a un jeu addictif, mais genre vraiment, et qui en plus est hyper accessible. On est face à un jeu où les additions, les suites … seront là pour vous aider à rentabiliser tout l’espace de votre temple.

Les règles sont très simples, et pourront être facilement assimilées par les plus jeunes, du moment qu’ils connaissent le principe d’addition à 3 chiffres (et c’est aussi un bon moyen de les entraîner en plus 😉 ). Mais alors là où Sit Down a tout compris, c’est avec l’interaction. Elle est vraiment puissante, avec la momie qu’on peut aller mettre chez les autres. Histoire de les empêcher de réaliser une suite ou un joli groupe de valeur. On ne peut plus se dire qu’on joue chacun dans son coin, mais on est vraiment face à l’esprit du « faites qu’il n’y ait pas une momie qui arrive dans les dés » et qui vienne tout nous planter d’un coup. Bien évidemment, zéro solidarité, pas de scrupules, on y va et franchement dans le saccage de l’autre joueur. C’est un peu beaucoup jubilatoire quand même il faut bien le dire.

Penny Papers The Temple of Apikhabou

Forcément quand on a un jeu de Roll & Write, on sait qu’on va sûrement pouvoir y jouer à beaucoup beaucoup beaucoup de joueurs, surtout quand les ressources sont identiques. Et il peut marcher dans des grosses soirées, avec beaucoup de monde parce que peu de jeux sont fait pour plus de 10 joueurs par exemple. Idéal à faire en classe même avec le côté éducatif du jeu. Il faudrait que je l’essaie pendant le temps d’aide aux devoirs le soir avant les vacances à l’école. Je suis sûre que ça peut leur plaire. Autre point qui peut en frustrer plus d’un, c’est l’impossibilité de modifier un nombre inscrit même si on s’est trompés ! Et c’est rageant parfois parce qu’on a joué vite sans trop faire attention.

A savoir qu’il existe d’autres Penny Papers, et qu’on a essayé certainement le plus accessible des trois qui existent. Le principe de base & la mécanique restent identiques, mais les univers changent un peu. Enfin surtout les styles de grilles qui sont à remplir. Ici, vous avez vraiment celle de base, contrairement aux deux autres qui sont bien plus tordues. De ce que je sais les deux autres sont plus stratégique et plus complexe et elles me tentent quand même bien pour voir la différence entre les 3.

Penny Papers The Temple of Apikhabou

Les parties sont rapides et peuvent s’enchaîner rapidement, et au vu du matériel léger, on peut y jouer un peu partout où on veut ! Ici, je songe déjà à l’embarquer au bord du lac cet été pour les piques niques avec les amis ou la famille.

Non, on n’a pas un jeu qui révolutionne le Roll & Write, mais il est quand même bien divertissant, et hyper rapide à expliquer. Ça aide beaucoup si on veut vite jouer sans perdre du temps à expliquer toutes les possibilités d’un jeu. Penny Papers fait son job et on en attend pas plus 😉 Pour une partie, il faut compter en moyenne 20 minutes, mais ça peut aller plus vite dès que vous avez l’habitude. Mais attention à ne pas aller trop vite non plus, vous risquez de vous faire avoir 😉 Du coup la momie apporte un véritable plus aux parties qui évite de tomber dans la lassitude ou dans le déjà vu.

Bref, j’ai beaucoup aimé cette partie de Penny Papers, un Roll & Write très accessible et qui offrira beaucoup de liberté avec le petit côté interaction qui rythme encore plus les parties.

Penny Papers : The Temple of Apikhabou vous fait envie ?

Retrouvez Sit Down Games sur le net : Site internet FacebookTwitter
Retrouvez Atalia sur le net : Site internetFacebookTwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *